Et si les forains avaient raison ?

jouet casseAprès l'annonce de l'annulation de la foire Saint Romain hier soir, nous allons assister aujourd'hui à une tentative de justification

des pompiers-pyromanes que sont M. Robert, M. Sanchez et Mme Fourneyron : les trois responsables de cet échec. Avoir mis trois négociateurs au lieu d'un seul, c'est une création du socialisme rouennais qui s'est ridiculisé et la ville y a été associée dans une médiatisation dévastatrice.

Revenons un instant sur le fond : on va nous assénéner toujours les mêmes arguments : des quais dangereux, une presqu'île aménagée, des forains irresponsables.

La quais dangereux ? Seule la trémie sous les quais hauts rive gauche présente des signes de faiblesse depuis plusieurs années. On peut nous présenter tous les avis d'experts et fiches techniques, la réalité est là : les trains continuent à y rouler pour desservir le port, les voitures et les piétons circulent dessus. Si la dangerosité était réelle, pourquoi jouer chaque jour avec la vie des conducteurs de trains (qui génèrent des vibrations bien plus importantes qu'une foire installée à distance) et des usagers des quais hauts ? J'ai trop connu les avis définitifs des "experts" pour ne pas relativiser cette communication. D'ailleurs si les travaux avaient dèjà été engagés sur la trémie, il n'y aurait pas eu besoin de mettre des tonnes de sable et des conteneurs en urgence pour empêcher l'installation des forains ! Cet argument n'est pas recevable.

Une presqu'île "aménagée". La presqu'île Saint Gervais a connu des travaux considérables ces derniers mois pour y implanter l'électricité. Vrai ! Mais sans plan d'ensemble, avec, pour le coup, des zones de faiblesse, un manque d'accessibilité aux secours (pour des simples raisons de distance et de configuration des lieux), pas d'assainissement. Ces derniers jours, dans une ultime tentative, les difficultés techniques entre demandes de forains et services techniques montraient que l'image d'Epinal d'un secteur aménagé était un leurre. Les contraintes réelles de la foire n'ont pas été prises en compte. On nous annonce une réflexion pour 2016, tant mieux. Mais ceci prouve bien que l'offre n'était pas fonctionnelle. Gâchis d'argent public, énarques auto-satisfaits, impréparation et manque de concertation : le bilan de St Gervais est édifiant.

Enfin, des forains irresponsables ? Un blocage filtrant d'une journée, quelques pneus et une vieille caravane foraine incendiée, un container jeté en Seine : et voilà la communication municipale qui se déchaîne pour fracturer le lien centenaire entre la communauté foraine et les habitants de notre agglomération. Coups de menton des élus et du préfet, forces de l'ordre déployées, blogs assassins, médias mobilisés : la partie était close. Méchants forains irresponsables contre gentils élus. La suite a montré que la réalité était plus complexe. On a convoqué en catastrophe des médiateurs, déconnectés de leur base, pour un accord irréraliste et fallacieux. La foire ne retournera en fait jamais sur les quais. On a demandé aux forains de se faire hara-kiri. Comment imaginer que ces professionnels ont pris la terrible décision d'annuler leur foire, leur gagne-pain, s'il avait existé une réelle possibilité de l'installer dans de bonnes conditions sur le nouveau site ? Ils se sont battus pour faire vivre la foire St Romain 2015. Ils ont perdu. Rouen a perdu. A cause de l'entêtement mortifère de ses édiles socialistes.

Aujourd'hui, ils vont tenter de se justifier, de dresser des perspectives d'avenir, de sauver ce qui peut l'être encore. Robert Pyrrhus et ses associés ont réussi, par leur entêtement dogmatique, non seulement à tuer la foire Saint Romain, à provoquer des dégâts économiques majeurs mais surtout à casser un lien social.

bruno devaux

facebook   twitter   google plus   rss   newsletter

Bienvenue sur ce blog qui s'intéresse à Rouen et à la Normandie. Conseiller municipal de Rouen, médecin rouennais, je participe à notre réflexion collective sur le devenir de notre cité et de sa Région. Dans le cadre de mon association « Le Pommier », c'est sur des sujets locaux et de société que je souhaite dialoguer avec vous.

bdsign

gazette182