Soigner !

medecine-globaleAu moment où l'épidémie semble se stabiliser et atteindre un plateau dès cette semaine, je voudrai revenir sur la situation des autres. Les autres, ce sont toutes celles et tous ceux dont les soins ont été sacrifiés lors de la première vague Covid.

Il avait fallu déprogrammer en mars des milliers d'interventions, du jour au lendemain. Les malades hésitaient à se faire soigner et fuyaient les cabinets médicaux de crainte de contracter le virus. Le prix en a été une surmortalité en France de 13 % durant cette période. La directrice générale de l'offre de soins, au ministère de la santé, a reconnu que cette déprogrammation brutale avait été une des principales erreurs de cette gestion de crise sanitaire.

Aujourd'hui, la déprogrammation demandée était de 30 %, afin de dégager des moyens en personnel à réaffecter sur le front Covid. Mes collègues, chirurgiens et médecins, ont compris cette nécessité. Mais ils ont aussi mis en avant le fait que les patients qui devaient être pris en charge aujourd'hui en ophtalmologie, en chirurgie orthopédique, en gastroentérologie, par exemple, étaient ceux qui avaient déjà été reportés du printemps à l'automne. Pouvait-on accepter un nouveau retard diagnostic de cancer colique par une coloscopie, pouvait-on attendre la pose d'une prothèse de hanche chez un patient âgé devenu grabataire sous morphine du fait de ses douleurs, pouvait-on encore reporter une chirurgie cardiaque urgente par manque de place opératoire ? Je pourrai multiplier les exemples et la détresse des patients rapportée par leurs médecins.

A Saint-Hilaire, comme dans tous les établissements de soins, nous faisons tout pour maintenir au maximum cette activité opératoire, tout en mobilisant des moyens pour la Covid. Il faut assurer la sécurité des interventions et les suites opératoires, avec mille précautions pour éviter des contaminations du fait de l'importance de la présence du virus.

C'est pourquoi le respect des gestes barrières permettra non seulement d'éviter de nouveaux malades Covid mais aussi, par les moyens ainsi libérés, de poursuivre les soins de tous les autres patients en attente d'une prise en charge plus classique. C'est aussi important !

bruno devaux

facebook   twitter   google plus   rss   newsletter

Bienvenue sur ce blog qui s'intéresse à Rouen et à la Normandie. Conseiller municipal de Rouen, médecin rouennais, je participe à notre réflexion collective sur le devenir de notre cité et de sa Région. Dans le cadre de mon association « Le Pommier », c'est sur des sujets locaux et de société que je souhaite dialoguer avec vous.

bdsign

gazette182